Les voyages du Flying Shark

Star Wars Saga Edition

Varl

Nar Shaddaa – 37:6:15

L’équipage du Shark gravite autour de Mika le Hutt et de son clan troublé par les morts successives du grand Popara et de son fils Zonnos. Tout n’est pas sous contrôle mais Mika s’échine à rétablir son autorité.

Alors qu’Eena Draff poursuit ses voyages avec 2C-R2, Swifty, Okanep et Dal Una ne lâchent pas la piste du Roi Tempête et de son explosif trafic de drogue. Swifty et Angela Krin affirment que la Tempête circule avant tout dans l’Espace Hutt avant d’être largement diffusée dans le reste de la galaxie. Le réseau est tenu d’une main de fer. Par ailleurs, il est désormais clair que la drogue présente de grandes similarités avec des virus trouvés sur certains mondes dévastés, irradiés et pollués. De nouvelles recherches proposées par l’équipe et conduites par les laboratoires de l’Autorité du Secteur Corporatif de Krin concluent que la Tempête est le fruit de la transformation d’une épice classique par un virus particulièrement agressif, comme celui qui a frappé Endregaad. Ce processus demande de grandes quantités d’épice et des souches virales très spécifiques.

Sur cette base, l’équipe s’intéresse aux flux d’épice ainsi qu’aux dates d’apparition de la Tempête dans de nombreux mondes. Les échanges d’épice habituels ne semblent pas avoir augmenté dans le secteur Hutt mais on constate une intensification de missions de transport par contrat aveugle sur Nar Shaddaa correspondant à ce profil. Bien payées, requérant des appareils et un équipage de qualité et une grande discrétion.

Croisant savamment ces éléments et partant du principe qu’il existe une usine de production de Tempête abondamment approvisionnée en épice, peut-être placée sur une planète hébergeant le virus et d’où partiraient des appareils qui propageraient cette terrible addiction, l’équipe isole, répertorie, date, filtre les informations extraites des archives des contrats aveugles.

Cette méthode rigoureuse permet d’identifier les principaux mondes où la Tempête fait des ravages, Bothawui, Duro, Bespin, Anaxes, Eriadu, Cantonica, Kuat, Mandalore, Coruscant… Ainsi que ceux qui semblent recevoir dans des temps compatibles de grandes quantités d’épice, Cantonica, Coruscant, Corellia, Varl, Glee Anselm…

Les probabilités pointent finalement vers le monde dévasté de Varl, planète mythique d’origine des Hutt, victime d’une catastrophe cosmique ayant conduit à l’exode tragique et grandiose de ses occupants jusqu’à Evocar, finalement transformée sous leur putride influence en Nal Hutta. Mais l’histoire de cette étoile dévorée par un trou noir il y a 15 000 ans ne semble être qu’une façade. Varl aurait plus vraisemblablement été détruite par la surexploitation, la pollution et une guerre totale qui n’aurait laissé derrière elles que ruines, maladies et radiations. Le virus qui a frappé Endregaad pourrait provenir de Varl.

Shadowfire

L’équipage du Shark décide donc de répondre à un contrat de transport pour Varl en employant le transport Shadowfire dont le transpondeur a été modifié pour l’occasion. L’épice est collectée à l’anneau de Kafrene avant d’être ramenée à Varl. Sur place, la planète défunte est solidement surveillée par des patrouilleurs Hutt et des appareils du clan rodien Bomu. le Shark qui accompagnait le convoi doit faire demi-tour, piloté par 2C-R2. Le Shadowfire atterrit sur le pad qui lui a été désigné, au pied de montagnes de l’autre côté desquelles s’étend un vaste bâtiment industriel. Ce monde n’est que poussière nocive, mers asséchées, océans de carcasses de véhicules, montagnes de ruines et rivières de substances toxiques et colorées.

Le comité d’accueil se résume H-3PO, un des droids de Vago, particulièrement surpris de retrouver ici les alliés de Mika. Finalement convaincu de les aider, attestant l’étrange comportement de son maître, H-3PO laisse l’équipage du Shark s’enfoncer dans le tunnel qui traverse les montagnes et plonge droit vers le complexe industriel qui semble être une des clés du trafic de Tempête.

Next Post

© 2020 Les voyages du Flying Shark

Theme by Anders Norén