Les voyages du Flying Shark

Star Wars Saga Edition

Les ruines de Malachor

Le vieux truand Tosho Unrak, épargné par l’équipage du Flying Shark et soustrait aux contrats de Durga et du Soleil Noir placés sur sa tête, travaille secrètement sur le YT et le X-wing dans ses ateliers d’Ord Mantell. Sa disparition hâtivement orchestrée l’a contraint à sacrifier beaucoup de ses possessions et contacts mais il dispose encore de ressources et sa position ambigüe entre cartel, Alliance et Empire en fait un allié précieux.

Ord Mantell City

Alors que Sweefty et Malf enchaînent les contrats autour d’opérations de contrebande dans des mondes écrasés par l’Empire et que Dal Una exploite sur Bothawui les informations révélées par Tosho Unrak concernant les connexions entre Empire et mafias, Eena Draff, Okanep et Ravoc passent quelques jours dans un hôtel d’Ord Mantell City en attendant la fin des interventions sur les vaisseaux. Moment de calme, de réflexion et de bilans tirés des mois précédents. Ravoc s’engage plus avant dans la voie du guerrier sacré tout en devenant le canonnier efficace du Flying Shark et Okanep confirme son rôle de pilote. Eena Draff disparaît quant à elle 48 heures dans sa chambre. Inaccessible. Puis elle en sort pour se présenter devant ses camarades, comme si c’était la première fois.

Le holocron de Darth Karnossa

Quelque chose a changé. L’apprentie Jedi en cavale dissimulée dans les plis d’une robe brunâtre a cédé la place à une jeune femme au regard déterminé, au port affermi. Sa douceur naturelle a reculé devant une résolution féroce, son idéalisme naïf s’est teinté d’un pragmatisme parfois déstabilisant et c’est le menton haut qu’elle affronte les contradictions de son ordre, ses mythes, ses faiblesses et ses tentations. Eena Draff est désormais Chevalier Jedi et elle a une histoire à raconter.

Sans fard, elle admet avoir abondamment consulté le holocron de Darth Karnossa découvert sur Raxus Prime. Le guerrier Sith capturé et envoyé sur Ihrun aux bons soins des Amma après la terrible bataille de Malachor qui vit le Jedi déchu Revan abattu par son disciple Malak. Il y a 4000 ans. Eena a beaucoup appris de cette période trouble où des héros se rebellèrent contre l’ordre Jedi accusé d’un criminel immobilisme et comment des Chevaliers aux motivations nobles tombèrent du côté obscur après avoir voyagé dans les Régions Inconnues. Elle découvrit comment la volonté de faire le bien avait conduit certains à faire des choix qui les avaient dévorés. Tel fut le destin de Bihan Kom-Yassah qui voulut sauver de la cruauté mandalorienne les mondes oubliés par la République, suivit dans leur croisade les Jedi Revan et Malak avant de chuter avec eux et de prendre le nom de Darth Karnossa. Elle apprit comment Karnossa, capturé par les Jedi et livré aux tortures des Amma qui dérobèrent aux Sith leurs objets et leurs savoirs pour les utiliser à leurs propres fins, parvint à s’enfuir et à ourdir sa vengeance. Comment il revint des années plus tard à bord du Lazar Toujours accompagné de sa disciple Mila Ashtani et du marchand Lazar Baruk pour anéantir les Amma et reprendre les trésors Sith dérobés aux siens. Elle sait où Karnossa a dissimulé son butin avant d’être défait par Mila Ashtani, qui par amour de Lazar Baruk tua son maître et s’installa sur Ihrun.

Les trésors de Darth Karnossa dorment dans l’épave du Détermination, un croiseur de guerre de classe Interdictor qui dérive depuis des millénaires dans les ruines orbitant autour de Malachor, théâtre de l’antique bataille qui marqua la fin de Darth Revan.

Il est décidé de faire route vers cette planète sinistre, à la réputation sombre et inquiétante, pétrie de rumeurs de malédictions sans doute liée au fait que sa surface aurait été entièrement ravagée et pétrifiée lors de la mythique Grande Destruction de Malachor.

Le X-wing modifié d’Okanep

Okanep cède la cabine du Shark à Eena Draaf et c’est dans le X-wing qu’il prend place après un long tour du propriétaire. Le hangar étriqué de Tosho Unrak est plongé dans une pénombre bleutée et la petite silhouette du Sullustéen s’attarde un moment dans ses recoins. Le pilote considère la machine qu’il a devant lui. T65, par Incom. Un des plus redoutables représentants de sa catégorie, fer de lance de la flotte rebelle. Quand il se sangle dans son cockpit et enfile le casque emblématique à la visière orange, quand il pose ses mains gantées sur les commandes et hume le parfum du carburant et des pièces fraichement révisées, Okanep se sait à sa place. Il ne sera plus seulement un mécanicien, un technicien mais un pilote avec qui il faudra compter.

Une trentaine d’heures plus tard, le 36:06:01, la surface blème et arasée de Malachor apparaît dans une nuée de rocs, de gaz et d’épaves de vaisseaux.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2018 Les voyages du Flying Shark

Theme by Anders Norén