Les voyages du Flying Shark

Star Wars Saga Edition

La chute de la Coopérative

La pause sur Bothawui a permis à l’équipe du Shark de réviser ses objectifs. Les éléments de la technologie Baobab embarqués en soute et l’agent du Compnor seront livrés à l’Alliance rebelle, la mission à Corellia pour le Hutt Durga sera effectuée dans les meilleurs délais mais, dans un premier temps, il s’agit de régler le problème de Ravoc.

Non pas que son droid de maintenance soit désormais une grande menace, vu que son étude approfondie par Okanep a conduit à sa destruction pure et simple, mais Ravoc souffre de la dégradation de son implant. Les nano-droïds qui baignaient l’appareillage sont devenus inertes et ils s’accumulent dans les tissus de leur hôte, provoquant un empoisonnement rapide et particulièrement complexe à contenir.

Raxus Prime, foyer du Noyau

Soigné sur Bothawui et confié au Dr Kerani, Ravoc est placé en stase dans la carbonite afin de bloquer ses fonctions vitales dans l’attente d’un remède. L’autopsie du Génération 2 révèle des banques de données implantées dans son système nerveux : leur examen indique qu’un rendez-vous dans la périphérie de Cerea semblait impliquer l’Inquisitorius, notamment un certain Inquisiteur Tremayne. Une information beaucoup plus profondément enfouie précise par ailleurs que la Coopérative s’efforce de bloquer des tentatives de contact émanant d’un mystérieux « Noyau » basé sur Raxus Prime.

L’équipe décide de faire route vers Raxus Prime, une planète industrielle victime de l’explosion technologique et démographique des mondes centraux aujourd’hui transformée en colossale décharge toxique. Ce monde plongé dans la brume est peuplé de droïds et est activement exploité par le clan Jawa Meeknu qui a quitté Tatooine pour cette planète providentielle. Les lieux sont profondément baignés par le Côté Obscur, surtout ses profondeurs, grottes et méandres infernaux dessinés par l’accumulation de millions de carcasses de vaisseaux, bâtiments, déchets en tous genres. Si Coruscant devait un jour être réduite en morceaux et abandonnée quelques siècles, peut-être ressemblerait-elle à Raxus Prime, avec ses montagnes de duracier et ses lacs d’huile nauséabonde.

Raxus Prime, décharge planétaire

Peu à peu, il apparaît que les droïds locaux sont peut-être la véritable population autochtone de Raxus Prime et qu’ils formeraient un peuple guidé par une conscience commune : le Noyau.

Intelligence artificielle, émergence naturelle, nouveau règne conscient, champ d’énergie omniprésent susceptible d’être l’équivalent de la Force pour les machines qui y sont sensibles ? Le Noyau est une volonté née de Raxus qui a été capable d’analyser la situation galactique et d’arriver à la conclusion que l’Empire de Palpatine était néfaste et inefficace. Le Noyau aurait pris des mesures visant à régler l’aberration impériale mais il aurait échoué et cette tentative de s’impliquer aussi clairement l’a conduit à réviser sa position. Dans un mouvement d’auto-correction sans concession, le Noyau envisage sa propre imperfection et l’éventualité de sa nécessaire destruction.

C’est dans un site « naturel » évoquant un temple consacré au Noyau que l’équipe du Shark entend la voix et entrevoit la nature de l’IA planétaire qui pirate l’un de ses droïds. La Coopérative est une émanation du Noyau, un enfant turbulent et indépendant qui a voulu découvrir le monde malgré le choix de la réclusion de son géniteur et surtout, la Coopérative s’est associée au virus XO-X1, la rendant capable de disséminer partout son projet, affectant semblablement machines et être vivants. Le Noyau se demande si la Coopérative n’est pas le signe de sa fin et s’il ne devrait pas se plier au destin. Mais l’équipe du Shark ne voit pas les choses de cet œil et réclame un moyen de stopper la Coopérative, de sauver Ravoc.

L’holocron de Dark Karnossa

Le Noyau est finalement convaincu et révèle que ce qui reste de la Coopérative couve dans les profondeurs de la planète. C’est dans le tombeau de Dark Karnossa, étrangement excavé dans les salles souterraines de Raxus Prime, que s’est caché Ando Baruk-Ashtani, patriarche en titre de la famille, possédé par l’esprit de la Coopérative, saturé de nano-droïds X1 et mourant. La boucle est étrangement bouclée. C’est de la planète qui a accueilli le corps de Karnossa qu’a émergé la Coopérative et c’est ici que finit le dernier descendant Baruk, transfiguré par la technologie Sith détournée par les Amma.

Le tombeau de Dark Karnossa abrite bel et bien le corps de l’homme par qui tout est arrivé, qui fut détenu par les Amma, qui parvint à s’enfuir et à exercer sa vengeance sur ses geôliers grâce au Lazar Toujours. C’est lui qui utilisa le cristal des Amma censé leur accorder l’immortalité en le rétablissant dans sa fonction initiale d’engin de mort, comme le fut la Faucheuse Noire d’Exar Kun (et la Moissonneuse de Force qui lui permettait d’arracher la vie à ses victimes). Dark Karnossa enfin, qui abandonna sur Askota le marchand qui l’y avait amené avant d’être défait par sa propre disciple, Mila Ashtani. La jeune Sith, tombée amoureuse de l’intrépide Lazar Baruk, n’avait pu se résoudre à le voir mourir seul sur la planète qu’il avait ironiquement reçue en paiement de ce dernier voyage. Il semblerait que Mila Ashtani ait offert une sépulture sur Raxus Prime à son maître mais aucune trace du trésor Sith que Dark Karnossa est censé avoir ravi aux Amma après leur massacre. Peut-être que l’holocron trouvé dans la tombe de Karnossa a quelque chose à dire à ce sujet. Mais à quel prix ?

La Faucheuse Noire, l’arme Sith à l’origine de la technologie Amma et du Lazar Toujours.

Neutralisé, c’est un Ando/Coopérative pathétique qui est sommé devant le Noyau de guérir Ravoc. Le guerrier est extrait de la carbonite dans des installations en ruines et grouillantes de droïds et Ando/Coopérative transmet au Noyau toutes les données techniques ayant présidé à la conception de la prothèse spinale. Ravoc est opéré sur Raxus Prime avant d’être restitué à l’équipage du Flying Shark, comateux, choqué, mais vivant. Tout lien avec la Coopérative est désormais détruit, Ravoc est libre, tandis que la Coopérative elle-même est absorbée dans la gueule brûlante d’un incinérateur qui annihile le corps d’Ando après avoir procédé à la stérilisation définitive du virus X1 dont la durée de vie était apparemment limitée.

Bien que cette dernière information puisse être mise en doute, le Noyau assène, et c’est son dernier mot, que la Coopérative n’est plus et que le virus est inoffensif : le Dr X1 affirme s’en être assuré.
Mais le Dr X1 est censé être mort depuis l’assaut du laboratoire de Coruscant…

C’est entre Bothawui et Corellia, la future destination du Flying Shark, que Ravoc récupère, qu’Eena Draff s’interroge sur l’Inquisitorius, qu’Okanep améliore et transforme le vaisseau, que Dal Una fait des affaires et installe un sérieux pied à terre dans la capitale bothan, que Din Bulla enchaîne les cocktails en cherchant des contrats juteux, que Malf brique ses armes, prêt à être parachuté sur un théâtre d’opérations rémunérateur et que Sweefty glisse peu à peu dans l’ombre, portant un étrange regard sur Eena Draff et la porte close de sa cabine.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2018 Les voyages du Flying Shark

Theme by Anders Norén