Les voyages du Flying Shark

Star Wars Saga Edition

Repli sur Bothawui

L’équipe du Shark doit faire face à plusieurs défis : retrouver le matériel évacué de l’atelier d’Ebenn Q3 Baobab, comprendre qui s’y intéresse tant, saisir à qui sert la caméra placée en face de l’atelier…

Ces interrogations finissent par trouver des réponses, mais les investigations se heurtent à de nouvelles difficultés.

Le faisceau d’antennes auquel était connecté l’appareil de l’atelier permet bel et bien une émission planétaire et dans l’espace proche, il est désormais clair que l’équipe d’Ebenn Q3 a utilisé ce canal pour tester son invention. Quant à la caméra placée sur la porte d’en face, elle a été installée par des inconnus se faisant passer pour des représentants proposant des produits audiovisuels à l’actuel locataire, un banquier embarqué dans une sombre histoire de livraison d’informations sensibles. Le pauvre homme, Natal Koola, n’y est pour rien mais son appartement abrite bien un émetteur-récepteur qui transmet les informations de la caméra vers une adresse localisée dans les coulisses de l’hôtel Phénix du Levant, celui-là même d’où provenait le véhicule de transport de déchets suspecté d’avoir intentionnellement percuté le speeder chargé du matériel de l’atelier.

Dal Una a l’habitude d’évoluer dans les hautes sphères et découvre auprès de la direction de l’hôtel que le speeder d’évacuation des déchets a volontairement dévié de sa trajectoire habituelle. Seulement deux employés sur les trois en charge de cette tâche se montrent lorsqu’ils sont convoqués. Ils semblent absents, distants, hébétés, léthargiques, comme drogués. Et ils partagent un air de famille : ce sont des membres de la famille Baruk-Ashtani récemment possédés par les Amma injectés par le dispositif de la Coopérative. Par ailleurs, l’émission de la caméra qui espionnait l’atelier est relayée par un communicateur qui émet dans l’espace proche.

Les employés de l’hôtel aux commandes du speeder de l’hôtel, les faux représentants qui ont placé la caméra et l’émetteur chez Natal Koola sont ces trois Baruk-Ashtani. Confondus, ils sont placés sous la protection de l’équipe du Shark par le Phénix du Levant qui souhaite éviter une mauvaise publicité. Ils avouent être guidés par un plan supérieur. Ils agissent pour la Coopérative qui souhaite mettre la main sur le Holonet de Baobab dans le cadre d’un projet d’envergure que l’équipe du Shark, notamment Okanep comprend ainsi : unir la vie humaine, contaminée par XO-X1 qui fait office d’interface, à l’esprit droïd de la Coopérative grâce à la technologie Sith détournée par les Amma. Et ces consciences incarnées pourraient bientôt expérimenter le monde et s’affranchir des distances, conserver leur fonctionnement en essaim en s’appropriant le Holonet. Une tribu d’hommes et de femmes nimbés par la machine perpétuellement connectée, partageant toutes les expériences en tout lieu de la galaxie.

C’est la Synthèse, Chair, Esprit et Verbe.

Les deux hommes sont des Générations I, des Baruk-Ashtani possédés par des Ammas et leur compagnon manquant est un Génération II : il a également subi l’interfaçage avec XO-X1.

Les Générations I révèlent où ils ont caché le matériel de Baobab dérobé aux « déménageurs » qui avaient vidé l’atelier : le cœur d’un puits d’évacuation des déchets, colossal fosse à ciel ouvert où une pluie permanente de détritus, des cascades d’eau souillée et des blocs entiers de véhicules et infrastructures sont précipitées dans un cloaque sans fond. En plus du précieux équipement, on peut y trouver le corps sans vie du Génération II et les trois « déménageurs », agents de l’Empire affamés et souffrants.

Jedi Sombre envoyé par l’Inquisitorius pour sonder les intentions d’Eena Draf

Parallèlement, Eena Draf est contactée par un Jedi Sombre de l’Inquisitorius qui lui propose de rejoindre les rangs de l’Empire. Il dit connaître ses doutes et son ambition. Malgré la révélation de la reddition de Jarl Dentro, l’échange tourne court et Eena poursuivra sa route. Elle apprend toutefois qu’il a été si aisé de la retrouver car elle a été trahie par les siens. Depuis plusieurs jours, le Shark transmet à l’Inquistorius ses coordonnées de voyage. Une analyse approfondie des systèmes par Okanep montre alors que l’arachnobot de Ravoc, chargé de la maintenance de sa prothèse d’épine dorsale, a piraté le Shark et lui a ordonné de laisser fuiter ces informations vitales. La Coopérative aurait donc une fois de plus trahi l’équipe du Shark en se servant de Ravoc. Il est décidé d’isoler Ravoc et d’étudier en profondeur son droïd de maintenance.

Enfin, il s’avère que le Flying Shark a aterri dans le spatioport de son ancien propriétaire, Sa Grande Obésité Durga Baesadii Tai, un des neuf Vigo du Soleil Noir, baron de la pègre Hutt. par le passé, le Flying Shark a « échappé » à la vigilance de Durga mais punir Din Bulla ou l’actuel propriétaire, c’est reconnaître qu’à un moment donné, la situation n’était pas sous contrôle. Quelle que soit l’histoire derrière Din Bulla et la disparition du Shark, Durga ne veut pas que l’affaire s’ébruite et il propose que le vaisseau soit honorablement acquis à l’issue d’une mission. Le Shark doit ressembler à une récompense offerte en connaissance de cause, pas à un appareil qui a un jour disparu des registres de Durga.
Carel, qui représente Durga pour cette affaire, sur Nar Shaddaa, affirme ainsi qu’un service rendu au Soleil Noir justifiera l’obtention définitive et dans les formes du Shark. Le Hutt n’a que faire du vaisseau, il veut conserver sa réputation.

Sa Grande Obésité Durga Besadii Tai

Une espèce d’archéologue à la solde du Consortium Zann travaille sur une lune de Corellia et ses « recherches » le conduisent à expulser des milliers d’autochtones. Ces derniers, que ce soit un exil ou une déportation, se trouvent jetés dans l’espace proche dans des vaisseaux de fortune. Pile sur une voie hyperspatiale que compte déployer le Soleil Noir. Ces réfugiés flottent au mauvais endroit. Il faut s’assurer qu’ils dégagent la piste et que les activités de l’archéologue cessent. Négociez, détruisez, exécutez tout ce beau monde, relocalisez-les, peu importe. Faites place nette sur le tracé de la voie et stoppez les hommes de Zann. Si Durga est satisfait, il sera parfaitement légitime d’offrir le Shark en dédommagement.. et envisager d’autres partenariats à l’avenir…

Alors que le Flying Shark, véritable vaisseau prison, quitte Nar Shaddaa précipitamment avec un corps de Génération II dans un congélateur et un agent du Comporn très mal en point, voici les actions projetées :

  •  l’installation de boucliers de 55 sur le Flying Shark. C’est 30 000 creds de matériel, une bonne semaine de travail à deux, 3 Emplacements consommés et un test de Mécanique Diff. 23 pour arriver à ses fins. Pris sur la cagnotte commune.
  •  l’intervention sur le Aile-X grâce au Don de Tech Specialist d’Okanep, c’est 15 000 creds (pas 10), et là aussi une bonne semaine de travail à deux, deux tout seul, et un test de Mécanique Diff. 20. La surcapacitation des injecteurs latéraux accorde +2 en Dex à l’appareil qui passe à un modificateur de +7 si je ne m’abuse. Pris en charge par Okanep.
  •  l’achat d’une unité R2 (détails en cours) qui exploitera sans les règles de Système de Protocole qui fait du droïd pas réellement un perso en plus, mais une extension du PJ qui le gère. Je fais une proposition chiffrée sous peu pour cette unité de couleur verte. Pris sur la cagnotte commune. du démontage et analyse de sabre.
  • l’achat d’un droïd de combat pour Dal Una
  • l’autopsie et l’analyse d’un Génération II, être censé accueillir dans son corps de Baruk-Ashtani le virus X1
  • la revente d’une caisse de Bleu (22 000 creds)

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2018 Les voyages du Flying Shark

Theme by Anders Norén